L’avenir du journalisme – revue de presse du 29 décembre 2017 et 5 janvier 2018

L'avenir du journalisme - revue de presse

Avec les fêtes de fin d’année, les articles au sujet de l’avenir du journalisme ont été un peu moins nombreux… Je publie donc la revue de presse du 29 décembre 2017 et du 5 janvier 2018 en un seul article 😉

Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme

Le journalisme e-sportif ?

Pitfalls in comparing sports and LoL esports journalism par Kelsey Moser et Emily Rand

Vous connaissez assurément le journalisme sportif. Mais quid du journalisme e-sportif ?

Je ne sais pas exactement comment traduire le terme « esports journalism« , j’emploie donc le terme de « e-sportif ». Peut-être devrait-on lui préférer la dénomination de journalisme de sport électronique.

Alors, ce type de journalisme, kézako ?

League of Legends vous évoque quelque chose ? C’est un jeu vidéo en ligne. Des championnats sont réalisés IRL (In Real Life). Et c’est aussi le cas pour d’autres e-sport tels que StarCraft2, Call Of Duty ou encore FIFA. Bref, le journalisme e-sportif, c’est comme le journalisme sportif, mais pour les championnats de sport électronique.

Je ne connaissais absolument pas ce type de journalisme. Mais alors que certaines écoles de journalisme proposent une spécialisation en journalisme sportif, on peut se demande si elles proposeront une spécialisation en journalisme e-sportif à l’avenir ?

Dans la vidéo, 2 journalistes comparent le journalisme sportif et le journalisme e-sportif (points communs, différences).

Encore du data journalisme

FAQ: Top 3 tips for journalists wanting to get started in data journalism par Paul Bradshaw via Online Journalism Blog

Presque habituel dans ma revue de presse désormais : le journalisme de données ou data journalisme.

Ce qui est particulièrement intéressant, ce sont les 3 compétences clef au data-journalisme relevées dans l’article :

  1. savoir utiliser un tableur : trier, filtrer, réaliser des tableaux croisés dynamiques
  2. savoir représenter graphiquement des données statistiques : la data-visualisation en résumé 😉
  3. développer une pensée computationnelle (si, comme moi, vous ne connaissez absolument pas ce terme, l’article Wikipédia résume bien la chose)

Et sinon, l’avenir du data-journalisme ? L’intelligence artificielle (IA) selon l’article !

La délinéarisation des contenus

La situation à France Télévisions : en attendant l’apocalypse par Bruno Dastillung et Fernando Malverde via Acrimed

Cet article fait le point sur la situation actuelle à France télévision. Cependant, je saute la majeure partie du texte pour me rendre à la toute dernière question : quid de la délinéarisation des contenus ?

La délinéarisation est la consommation de programmes en différé et à la carte. En gros, on n’a plus besoin de coller au programme TV, d’être là tel jour telle heure pour accéder à un contenu précis : on peut toujours choisir que regarder.

Voici la réponse de Fernando Malverde, journaliste à France 3 sur la délinéarisation des contenus :

«C’est un enjeu majeur. Aujourd’hui, on ne regarde plus la télévision en allumant son poste, on la regarde quand on en a envie et on va chercher des contenus.»

«Aujourd’hui, les jeunes ne regardent plus la télévision mais ils accèdent à des contenus produits par la télévision sur Internet.»

D’ailleurs, c’est peut-être 1 des points clefs de l’avenir du journalisme ?

La situation à France Télévisions : en attendant l’apocalypse par Bruno Dastillung et Fernando Malverde via Acrimed
La situation à France Télévisions : en attendant l’apocalypse par Bruno Dastillung et Fernando Malverde via Acrimed

Le print est mort, vive le print ?

Commentary: Will newspapers matter in 2018? par Jeff Gerritt via Palestine Herald Press

« L’industrie [de la presse écrite] a perdu plus de la moitié de ses emplois au cours des 15 dernières années. Les licenciements et les coupes budgétaires sont la nouvelle norme. […] L’industrie se démène pour trouver des moyens de gagner de l’argent grâce au numérique. »

Le print est il mort ? Le débat est ouvert est chacun y va de son point de vue. Pour certains le print est plus importants que jamais, pour d’autre non.

Mais pour citer l’article :

« Peut importe la plateforme de diffusion, les journaux continueront d’être important tant qu’ils feront ce qu’ils font le mieux : exposer les abus de pouvoir et fournir des informations avec un contexte, du fond, de la rapidité, de la passion, et même, à l’occasion, de la grâce. »

Gaël Hürlimann, rédacteur en chef du numérique à Le Temps (Suisse), nous parle de la presse en 2018

La presse en 2018 vue par Gaël Hürlimann interviewé par Xavier Eutrope via Ina Global

Premièrement, revenons sur le print/numérique, avec cette fois-ci un avantage du print :

« Si l’on regarde l’avantage du print par rapport au numérique de manière globale, c’est qu’il peut refléter la vision cohérente et globale d’une édition. »

Cependant, pour G. Hürlimann, le print est voué à disparaître.

« Je la date [NDLR : la disparition du papier au profit du tout-numérique] à 3 ans. Elle ne dépendra ni de notre volonté, ni du goût de nos lecteurs, mais de la barrière industrielle. »

Il évoque aussi la place des médias sociaux vis-à-vis des médias.

« La seule question qu’il faut se poser, c’est le long terme. C’est à dire : est-ce que Facebook, Snapchat, Google, Twitter, quand ils vous attirent avec un programme d’accès comme Discovery, lorsqu’ils vous paient, comme c’est le cas avec Le Monde, une rédaction Snapchat, est-ce que c’est du long terme ? »

La vidéo est aussi abordée. L’objectif : trouver son modèle. Tout comme la ligne éditoriale d’un journal papier, on ne peut pas faire de la vidéo sans auparavant définir la ligne éditoriale un minimum.

Des journalistes véritablement multitâches à l’avenir ? Il semble ! Un journaliste pour la presse écrite doit désormais savoir faire de la vidéo (avec les directs aussi)… voire des podcasts ! Mais cela ne suffit pas : il faut savoir adapter le support au sujet. Certains thèmes seront plus forts en vidéo, d’autres non !

« Cet éclatement des modes de narration conduit à se dire que l’on a une rédaction d’à peu près 80 personnes, qui doit être à l’aise dans plusieurs modes de narration plutôt que dans un mode uniquement texte. »

Et le local dans tout ça ?

Wo kann man sie schon sehen, die Zukunft im Journalismus? par Dominic Grzbielok sur Krautsource

Selon D. Grzbielok, l’avenir du journalisme ne se situe ni dans le print, ni dans le local. Alors qu’on peut lire ailleurs que l’avenir se situe dans le Print ou dans le local, ici c’est tout le contraire.

Wo kann man sie schon sehen, die Zukunft im Journalismus? par Dominic Grzbielok sur Krautsource
Wo kann man sie schon sehen, die Zukunft im Journalismus ? par Dominic Grzbielok sur Krautsource

Éthique et journalisme à l’avenir

Le journalisme, une vocation unique pour servir la vérité

Journalism is a ‘Unique Vocation’ to serve the truth : Vice President Inaugurates Delhi School of Journalism par Surendra Hota via Navratna News

Ce que je retiens avant tout de cet article, ce sont les 10 qualités que les étudiants en journalisme doivent posséder aujourd’hui :

  • joyeux
  • objectif
  • impartial
  • responsable
  • nationaliste
  • artistique
  • curieux
  • fort
  • attentif
  • et apprendre tout au long de sa vie

10 pistes de réflexion 😉

Les fake news

Sujet d’actualité : les fake news, puisque notre Président de la République en parle également.

Dealing with the disinformation dilemma : a new agenda for news media via Media Policy Project Blog

Dans l’article il est dit qu’à court terme, les fake news peuvent être considérées comme des « good » news pour le journalisme : elles ont permis de rappeler au public la valeur d’un journalisme professionnel crédible.

L’article aborde différents points :

  • vérité : qu’est-ce que la vérité, la vérité est-elle unique ou multiple ?
  • confiance : manque de confiance envers les médias
  • technologie et son impact sur les médias : utilisation de nouvelles plateformes comme Snapchat ou Instagram

« Les médias d’information ne devraient pas abandonner les valeurs journalistiques traditionnelles. Les journalistes ont des compétences vraiment nécessaires dans le traitement de l’information ainsi que des valeurs éthiques et politiques qui sont nécessaires pour promouvoir la démocratie, des sociétés saines et des économies efficaces. »

Dealing with the disinformation dilemma : a new agenda for news media via Media Policy Project Blog
Dealing with the disinformation dilemma : a new agenda for news media via Media Policy Project Blog

Libération du journalisme et des médias

Il faut libérer le journalisme et les médias en France dit-il ! Qu’est ce que vous en pensez ? par Almouwatin TV

François Ruffin explique au Parlement pourquoi, selon lui, il faut libérer le journalisme et les médias en France .

Votre avis m’intéresse !

Pour approfondir le sujet, Krystie Lee Yandoli a écrit l’article Journalists Are Nervous About What A Disney And Fox Merger Would Mean For Them sur BuzzFeed News. En effet le mariage Disney-Fox va aussi impacter une partie des journalistes (ils détiennent déjà certains médias).

Le journalisme a un futur, uniquement si nous assumons nos responsabilités

Journalismus hat Zukunft – Wenn wir unserer Verantwortung gerecht werden par Knut Kuckel via MediaNewsBlog

« Le « journalisme » est aussi bon et aussi mauvais que « sa société ». Ainsi, lorsque nous débattons de la qualité du journalisme, nous discutons toujours de la qualité de notre société. »

Cet article discute la place du journalisme dans la société et de la société dans le journalisme.

Pour résumer, il est expliqué dans l’article qu’il est nécessaire d’avoir plus de journalistes qui font du bon travail et ne se laissent pas intimider, et qu’on devrait renforcer leurs arrières. Cette dernière chose passerait par un intérêt général de la société envers le journalisme.

Évènement et plus sur l’avenir du journalisme

Campfire 2018 – Festival für Journalismus und neue Medien

Si vous êtes de passage à Düsseldorf du 31 août au 2 septembre 2018, sachez que s’y tiendra un festival. La thématique ? Le journalisme et le nouveaux médias. Avis aux intéressés !

Campfire Festival für Journalismus und neue Medien from CORRECT!V on Vimeo.

Predictions for journalism 2018 via NiemanLab

Un article très intéressant mais inclassable… Les citations de plus de 150 personnes à propos du journalisme. Cela permet de se faire une idée de l’avenir du métier. Si vous avez un peu de temps, n’hésitez pas à aller jeter un œil (le site est en anglais).

Derrière chaque citation se cache un article complet (les formats varient : texte, mais aussi vidéo). Chaque article traite un point particulier et les thématiques sont variées : place des femmes, intelligence artificielle, les mèmes dans les médias, les lives, les réseaux sociaux… (liste non-exhaustive).

Predictions for journalism 2018 via NiemanLab
Predictions for journalism 2018 via NiemanLab

Un livre sur le data-journalism

Data Journalism: Past, Present and Future est un ouvrage co-écrit en anglais à propos du journalisme de données (son passé, son présent et son futur). Il est sorti en octobre dernier (2017 donc).

Data Journalism: Past, Present and Future
Data Journalism: Past, Present and Future (cliquez sur la photo pour ouvrir dans Amazon)
L'avenir du journalisme - image pour Pinterest
N’hésitez pas à partager cet article dans Pinterest 😉

L’avenir du journalisme – revue de presse du 22 décembre 2017

L'avenir du journalisme - revue de presse

J’entame cette 2e revue de presse sur l’avenir du journalisme avec une petite journée de retard… Vous pouvez retrouver la 1re ici.

Le journalisme a de l’avenir, mais quel est-il ?

La voix artificielle, une menace pour le journalisme ?

The future of news is humans talking to machines par Trushar Barot via NiemanLab

Désormais, la voix peut être créée de manière artificielle : même votre portable peut lire un texte à haute voix. Et de même, parler aux objets n’est plus bizarre. Pour Trushar Barot, c’est une révolution énorme que les médias sont en train de manquer.

Il reprend les propos d’Amy Webb (auteure) : «Parler aux machines, plutôt que d’écrire, ce n’est pas un gadget temporaire. Les humains qui parlent aux machines – et, éventuellement, les machines qui se parlent entre elles – représentent le prochain changement majeur dans notre écosystème d’information. La voix est la prochaine grande menace pour le journalisme.»

En Afrique du Sud, on innove aussi !

Yes, Journalism has a Future! JHR helps ignite innovative journalism in Africa via The Business Journals

JHR (Journalists for Human Rights – Journalistes pour les droits de l’Homme) initie un journalisme innovant en Afrique.

Des équipes du JAMLab (Journalism and Media Lab) en Afrique du Sud travaillent sur le futur du journalisme. 3 équipes ont d’ailleurs remporté un financement de la part du SAMIP (programme d’innovation en médias de l’Afrique du Sud) :

  • Media Factory : aide à relier les rédactions nationales avec les pigistes des régions sous-couvertes
  • Soul City : en combinant médias, mobilisation sociale et plaidoyer, cherche à améliorer les conditions de vie et de santé des personnes en Afrique du Sud
  • Volume News : actualités en langues locales diffusées sur des radios communautaires

Narration verticale et journalisme augmenté

What changed in 2017 — and what we can expect in 2018 (maybe) par Paul Bradshaw via Online Journalism Blog

Cet article aborde le journalisme augmenté ou encore le journalisme de mèmes, cependant, c’est le storytelling vertical qui a retenu mon attention.

Vous avez sûrement remarqué que beaucoup de médias se sont lancés dans cette forme de storytelling « vertical » : un écran Snapchat ( 16:9 tourné d’1/4 de tour je pense).

Ce type de narration pour les médias est apparu en premier dans Discover sur Snapchat ! Mais désormais c’est aussi vrai dans Instagram, Facebook, etc.  Même la BBC sur son application smartphones l’utilise ! Alors plus tard, regardera-t-on la TV à la verticale ? Pour plus d’infos sur le storytelling vertical, jetez un œil à cet article également.

Le journalisme dans le futur ? Les Allemands abordent la question !

Sites sur l’avenir du journalisme allemands

J’ai été étonné par le nombre de sites allemands qui parlent de l’avenir du journalisme. Voici 2 d’entre eux.

JB – Journalismusblog par Gerhard Rettenegger

Les articles ne sont pas publiés à une fréquence très élevée. Cependant, le 1er article date de 2008, et le dernier a été publié en novembre 2017. Si vous parlez allemand, et que l’avenir du journalisme vous intéresse, ce site vaut le détour. 😉

Journalismus 2018

Réalisé par des étudiants de l’Axel Springer Akademie, une école de journalisme à Berlin. L’évolution du journalisme est abordée sous forme de vidéos. Personnellement, je les trouve un peu vieillottes, on a l’impression de regarder un vieux film des années 80, mais intéressantes dans le fond.

Préserver le local pour prospérer à l’avenir

Zukunftsperspektiven für den Journalismus par Jude via Golfe Media Online

Les fake news ont un avantage : les consommateurs se sont rendu compte que tout ce qui circule sur Internet n’est pas forcément vrai.

Sinon, des robots pour écrire les articles, ça vous tente ? C’est déjà expérimenté aux USA !

Et donc à l’avenir, on doit faire quoi ?

«Le journalisme d’avenir doit tenir compte des particularités culturelles, et en particulier des langues différentes, plutôt que de produire des publications de masse toutes pareilles. […] La coopération internationale, la préservation des différences culturelles et la tolérance seront d’une grande importance pour le journalisme.»

Et un PDF pour terminer

Journalismus der Zukunft par Nicolas Ebert via pressesprecher

L’article présente un PDF : « Quo vadis jouralismus ? » (Où va le journalisme ?). Vous pouvez le télécharger ici. 29 pages qui abordent les points importants pour le journalisme à l’avenir. Une petite trentaine de personnes (journalistes, mais aussi politiciens, auteurs, ou chefs d’entreprise) donnent leurs points de vue sur la question.

Évolution des pratiques, évolution des productions

Le podcast remplace la radio…

Le podcast, une nouvelle façon d’écouter la radio par Jessica Berthereau via LesEchos.fr

L’avantage du podcast sur la radio : on peut l’écouter quand on veut et comme on veut. Dans l’article, il est question de « bouffée d’oxygène » : on n’est plus dans l’immédiateté, l’instantanéité (contrairement aux chaînes d’info en continu ou aux réseaux sociaux), on peut écouter un épisode 2 heures ou 2 jours plus tard.

Serait-on déjà à la fin de la consommation d’info en direct ? Pas très convaincue… Quand il se passe quelque chose, souvent, on aime bien connaître les avancées en direct !

L’article reprend par ailleurs les propos de Joël Ronez : «il y a une forte demande pour des formats originaux, à la fois plus informels et plus anglés, des contenus personnalisés, avec un parti-pris et un ton qui sort de l’ordinaire». À noter et enregistrer.

… et la TV est de moins en moins écoutée !

TV : le décrochage des jeunes va continuer en 2018, mais moins vite que prévu par Alexandra Yeh via Méta-Media

«L’heure n’est plus au décrochage brutal des jeunes, mais plutôt à un déclin lent (mais inexorable, il faut bien l’avouer) du petit écran.»

Alors que la radio est délaissée pour les podcasts, la TV est en plein « déclin » comme le prouve une étude Deloitte. Les causes évoquées dans l’article : la consommation mobile, le streaming et la SVoD (vidéo à la demande). La consommation de la vidéo mobile a été favorisée par l’augmentation de la taille des écrans.

Le tout est résumé dans l’une des slides du rapport :

Infographie de l'étude Deloitte
Infographie de l’étude Deloitte

Cette même problématique a été évoquée par Hugo Clément dans une interview sur France Inter :

Une chaîne d’info en continu sur Twitter

Bloomberg lance TicToc : une chaîne d’information en continu sur Twitter par Fabian Ropars via Le Blog du Modérateur

Il fallait y penser… utiliser Twitter pour créer une chaîne d’info en continu ! Et Bloomberg l’a fait, avec 2 700 journalistes et analystes originaires de 120 pays.

«Tout le contenu diffusé sera adapté au format social et au mobile first : les datas, graphiques, vidéos etc. seront optimisés pour un usage mobile.»

Les photojournalistes vont-ils perdurer ?

La précarisation du métier de photojournaliste via Acrimed

«Baisse des tarifs des piges, chute des commandes de la part des titres de presse, recours accru aux photographies institutionnelles issues des services de communication et aux photographies «libres de droits», syndication des contenus…»

Dans le passé, le photojournalisme était un métier légitime : un appareil photo était coûteux, et on avait besoin d’une réel apprentissage pour l’utiliser (réglages lors de la prise de vue et développement de la photo argentique).

Mais avec l’apparition des appareils photo numériques, la photographie s’est simplifié. Et désormais, tout le monde -ou presque- possède un appareil photo chaque jour sur lui : son smartphone.

Ces photos électroniques sont de bonnes qualités, et de vrais zoom optiques commencent à venir en complément. Les réglages ? Il suffit d’appuyer sur le bouton… vitesse, obturation, ISO, balance des blancs : tout est automatique et  en plus les latitudes de poses sont plus importantes ! Sans parler des facilités de retouches.

Désormais, c’est le premier arrivé sur un événement qui devient le « photojournaliste ». Et, ce n’est pas obligatoire que ce soit un professionnel qui réalise ces images ! D’où la question : le photojournaliste est-il voué à disparaître ?

Storytelling sous forme de cartoon

How ABC News is experimenting with comic book style storytelling par Caroline Scott via journalism.co.uk

Couvrir l’actualité sous forme de cartoon. Original, mais pas forcément novateur. La Revue Dessinée existe depuis 2013 par exemple.

Voici tout de même l’exemple d’ABC News :

PourJack Fisher, journaliste à ABC News et producteur de la vidéo ci-dessus : «La narration graphique prend du temps et de la planification, mais pour une bonne histoire, cela en vaut la peine.»

L’avenir du journalisme, c’est aussi l’avenir de l’éducation au journalisme

Aujourd’hui, c’est quoi étudier le journalisme ?

What does it mean to study journalism ? par Elizabeth Smith via cmm (College Media Matters)

Sont listées dans cet article 6 questions à poser aux écoles de journalisme (dans le but de choisir l’une d’entre-elles) :

  1. Indépendant ou connecté à d’autres cours ?
  2. Plus qu’un journal ? Les compétences des jeunes journalistes doivent être variées, et la production ne doit pas se limiter à de la production écrite.
  3. Est-on indemnisé ? Est-on payé pour ses piges ?
  4. Des stages ? De quel type ? Obligatoires ?
  5. Quel emploi ont les étudiants qui ont le diplôme ?
  6. Qu’est-ce qui est légal ? (spécifique pour les USA, où la loi varie d’un État à un autre)

Le 2e point est le plus intéressant : «Plus qu’un journal ? Les journalistes, en particulier les jeunes journalistes, doivent avoir des compétences variées : reportage, rédaction, édition, montage vidéo, production de médias sociaux, conception numérique de pointe, etc.»

En effet, je pense que l’un des points clefs pour le journalisme de demain sera la multiplicité des compétences (et l’adaptabilité : choisir la meilleure compétence au moment opportun).

The Future of Journalism Education. A Personal Perspective par Howard Finberg via Poynter’s News University

«Les médias ont besoin d’innover, il en va de même pour l’éducation au journalisme.»

En effet, pour H. Finberg, il faut créer davantage de façons d’enseigner. Les moyens de diffusions sont nombreux aujourd’hui, en ligne ou non : conférences, vidéos, auto-apprentissage, apprentissage guidé…

Il propose un système de «badges numériques» pour chaque compétence (un peu comme sur LinkedIn). Car selon lui, le diplôme ne constitue pas une finalité en soi.

Événements

Prix francophone de l’innovation dans les médias

Lancement du 3e prix francophone de l’innovation dans les médias via l’OIF (Organisation Internationale de la Francophonie)

L’OIF, RFI (Radio France Internationale) et RSF (Reporters Sans Frontières) lancent le 3e prix francophone de l’innovation dans les médias. Les candidatures sont encore ouvertes jusqu’au 31 décembre 2017.

«Ce prix récompense les innovations dans les contenus, les usages et dans les modèles économiques ou d’organisation.»

Il nous reste à attendre les résultats et voir ce qui en ressort ! 😉

En Écosse, congrès mondial du British Council sur le futur de l’actualité pour les journalistes 2018

Future News Worldwide 2018 via British Council

Le British Council réaliste un congrès sur le futur de l’actualité, du 2 au 8 juillet 2018. Il recherche 100 étudiants, destinés à une carrière dans le journalisme pour y participer. Possibilité de candidater jusqu’au 28 février 2018. Les modalités et le programme sont sur le lien.

Je m’en vais postuler 😉

N’hésitez pas à partager cet article dans Pinterest 😉

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

L’avenir du journalisme – revue de presse du 15 décembre 2017

L'avenir du journalisme - revue de presse

C’est parti pour ma 1ère revue de presse sur l’avenir du journalisme. Au programme : data journalisme, intelligence artificielle, évolution du journalisme de proximité, difficultés pour la télévision, etc.

Data journalisme, le journalisme de données

Pour ceux qui ne connaissent absolument pas le data journalisme, voici ce qu’en dit Wikipédia :

« Le journalisme de données (data journalism en anglais), ou journalisme de bases de données (database journalism), est un mouvement visant à renouveler le journalisme par l’exploitation de données statistiques et la mise à la disposition de celles-ci au public. »

C’est un sujet qu’on évoque beaucoup sur les réseaux ces derniers temps.

Data Journalism UK

Here are all the presentations from Data Journalism UK 2017 par Paul Bradshaw via Online Journalism Blog.

Paul Bradshaw, l’un des conférenciers, partage avec nous l’ensemble des présentations utilisées lors de l’évènement : Data Journalism UK.

En effet, depuis l’année dernière (2016), la BBC organise une série de conférences sur le data journalisme à Birmingam. Celle-ci a lieu une fois par an, et pour cette année, c’était la semaine dernière !

Un point très intéressant soulevé lors de ces conférences : les journalistes de proximité sont de plus en plus axés sur les données.

Data journalisme en temps réel, novateur ?

Innovative Real Time Data Journalism by Republic for Gujarat Elections 2017 via Adgully (actualités online).

On se rend en Inde pour les élections législatives à Gujarat (un état indien).
Pour l’occasion, Republic TV a mis en place un système de data journalisme en temps réel avec Gramener. Le but ? Des analyses avant-gardistes et des infographies en direct.

« Les données sont importantes, mais les gens sont toujours la meilleure source d’histoires. »

“Data matters — but people are still the best sources of stories”  —  insights from investigative journalist Peter Geoghegan par Jane Haynes via Online Journalism Blog.

Peut-on faire du journalismes sans parler aux gens (uniquement avec des données) ? C’est la question que pose cet article.

On part en Écosse cette fois, où Peter Geoghegan, journaliste d’investigation, donne sont point de vue.

« Pour les nouveaux journalistes, mon message principal serait de ne pas compter sur des outils numériques pour trouver des histoires. »

« Mon point de départ pour une histoire est toujours quelque chose que j’ai entendu ou découvert en parlant aux gens. Les données seules ne peuvent pas remplacer cela. »

Mais pour autant :

« Chaque journaliste doit connaître les bases de la manipulation d’une feuille de calcul, les tableaux croisés dynamiques et comprendre ce que les données représentent. »

Et il ne faut pas oublier que les chiffres ne sont pas les seules données :

« Les données ne sont pas seulement des nombres – les données peuvent aussi décrire les échanges d’emails et les communications dans des mots ou des images. »

Conseils d’une équipe de data journalistes norvégiens pour suivre ses projets

How one Norwegian data team keeps track of their data journalism projects par Paul Bradshaw via Online Journalism Blog.

Cet article est intéressant pour voir l’organisation demandée et les compétences nécessaires dans le data journalisme. N’est pas data journaliste qui veut !

On a parfois tendance à simplifier la tache des data journalistes, mais c’est un réel métier (d’avenir ?).

Intelligence artificielle en journalisme

Robots, chatbots, intelligence artificielle… et l’éthique journalistique ?

IA et journalisme : quelle éthique ? par Alexandra Yeh via Méta-Media (France TV).

Seul le point 3 de cet article est en rapport avec le journalisme.

Le quotidien suisse Le Temps analyse ses articles au moyen d’une intelligence artificielle.

« Une analyse bien plus complète des contenus qui permet au Temps d’élaborer une stratégie différenciée pour chaque article : une enquête fouillée visera à capter l’attention des lecteurs et à les retenir sur le temps long, un autre article d’opinion cherchera plutôt à créer le débat, tandis qu’un contenu evergreen devra pouvoir être remis en avant plus tard. »

Des robots-journalistes ? Et pourquoi pas ?

What hardware investors want to see in 2018 (and what they don’t) via VentureBeat (article collectif).

D’accord l’article ne parle pas de journalisme à la base. Mais dans la première partie, les auteurs expliquent que les robots vont être à la mode pour les investisseurs en matériel en 2018. Alors pourquoi pas aussi en journalisme ? Pour certaines tâches, on pourrait imaginer un robot journaliste.

Le combo parfait : data journalisme et intelligence artificielle ?

Data journalism’s AI opportunity: the 3 different types of machine learning & how they have already been used par Paul Bradshaw via Online Journalism Blog.

L’intelligence artificielle permet elle de créer/trouver des données. Peut-elle donc avoir une utilité en data journalisme ?

En intelligence artificielle, les machines peuvent apprendre de 3 manières :

  • l’apprentissage supervisé (pour classer notamment) : telle personne va-t-elle voter ou non pour l’AfD (parti politique allemand)
  • l’apprentissage non supervisé (classer sans connaitre les catégories) : dans quel contexte utilise-t-on l’emoji cœur rouge, cœur bleu ou cœur vert ?
  • et enfin, l’apprentissage par renforcement : le plus compliqué à appliquer dans le data journalisme. Quelle est la meilleure action pour une tache donnée ? L’article cite plusieurs exemples d’applications journalistiques.

Pour en savoir davantage sur l’intelligence artificielle, jetez un coup d’œil sur cet article Machine Learning qui explique les différentes formes d’apprentissage précédentes.

La télévision en déclin ?

Évolution de l’audiovisuel en Europe

Secousse sismique pour l’audiovisuel public en Europe par Alexandra Yeh via Méta-Media (France TV).

La première problématique soulevée par cet article est la légitimité du financement de l’audiovisuel public par la redevance. Elle est controversée dans plusieurs pays européens (Suisse et Italie)

Autre point : l’importance de l’innovation dans l’audiovisuel.

Les pays scandinaves ont l’air en avance sur ce point : la création du genre Nordic Noir pour la TV publique danoise DR, la Norvège avec sa série transmédia « SKAM »…

Nos voisins belges ne sont pas en reste. La RTBF se réorganise en 2 pôles au lieu de 3. Exit les désuets radio/TV/web, bienvenue aux pôles contenus (dédié à la création des programmes) et médias (consacré à la diffusion desdits programmes) !

La TV sociale, vraiment une bonne idée ?

Social TV : et si on s’était planté depuis le début ? par Benjamin Thereaux via Méta-Media (France TV).

La citation devrait suffire : « Et si la bonne équation n’était pas de chercher à inclure le social dans les émissions en direct, mais bien de fabriquer de la télévision pour les médias sociaux ? Avec l’explosion des diffusions en direct via Facebook Live, Twitch ou encore Periscope, on peut légitimement se poser la question. »

Un article qui vaut le détour !

Journalisme de proximité

Commentary: How the state of local news varies (and doesn’t) around the world via Hertland Newsfeed (auteur inconnu).

La partie qui nous intéresse le plus se situe à la toute fin : Moving Forward. 

Cette partie indique l’avantage des agences de presse locales : leur situation géographique. Cependant, le journalisme évolue, même pour ces organes locaux !

Dans l’article, Rasmus Nielsen (Reuters) s’exprime : « Je pense que nous acceptons le fait que, quel qu’il soit, le journalisme local à l’avenir ne sera pas ce qu’il était, cela va être quelque chose de différent. »

Tendances diverses

Tendances technologiques pour 2018 dans le journalisme

2018 tech trends for journalism and media via Future Today Institute.

Si vous le pouvez, je vous conseille vraiment de télécharger le rapport. Il est en anglais mais vraiment très complet.

Chaque tendance est mesurée selon son impact sur l’industrie des médias (à court ou long terme) et le degré de certitude avec lequel il va apparaître en 2018. Elles sont regroupées en 4 catégories :

  • agir maintenant
  • permet de s’informer sur la stratégie à adopter
  • rester vigilant
  • retourner voir plus tard

Les tendances listées dans le résumé sont vraiment intéressantes (on en parle très peu en dehors de cette étude) :

  • 2018 marque la fin des smartphones (pour laisser place à des interfaces conversationnelles sans interface utilisateur)
  • beaucoup de technologies émergentes convergeront, ce qui permettra de trouver des utilisations avancées au-delà des essais initiaux et de la recherche appliquée
  • les journalistes doivent comprendre ce qu’est l’intelligence artificielle, ce qu’elle n’est pas, et ce que cela signifie pour l’avenir des médias
  • la décentralisation et la fusion d’entreprises sont deux thèmes clé pour 2018

Booster son storytelling avec des drones ?

How to Use Drones to Elevate Your Storytelling par Allison Pattillo via Backpacker.

Certains vont peut-être se demander pourquoi je parle de storytelling ici. À priori, c’est plutôt un terme de content marketing et non de journalisme. Oui, mais… connaissez-vous le journalisme narratif ? Ce sont des sortes des journalistes-écrivains. Très développé aux USA, beaucoup moins en France.

Grâce aux drones, on peut désormais photographier des espaces sous des angles qui, auparavant, étaient difficiles d’accès. Mais au-delà des drones, de nouveaux outils et donc de nouvelles formes de journalisme apparaissent régulièrement (journalisme immersif à 360° par exemple). Qu’en sera-t-il demain ? Cela me pose une question d’ailleurs : les futurs journalistes devront-ils passer leurs diplômes pour piloter les drones ?

News Lab 2017

News Lab in 2017: Helping journalists use emerging technologies par Erica Anderson via The Keyword.

Cet article de Google reprend des éléments déjà évoqués : data journalisme, storytelling immersif (réalité virtuelle, drones) et intelligence artificielle.

Et l’impact de la voix sur le référencement ?

SEO is not enough in the age of voice par John Francis via VentureBeat.

Encore une bonne question avant tout, doit-on penser au référencement sur le web en journalisme ?

Pour le web sans référencement, je n’aurai pas de public.. J’ai besoin que des visiteurs viennent sur mon site. Et comment ces visiteurs viennent-ils ? Certes il y a plusieurs canaux, mais l’un d’entre-eux, c’est le référencement !

Le fait est que désormais on parle à nos ordinateurs et ils nous répondent. Or le SEO est conçu pour référencer du texte et non de l’audio ! Problème ? À méditer…

Cahier de tendances des médias de France Télévision : orienté GAFA

Cahier de Tendances Automne-Hiver : les GAFA, seuls maîtres de notre avenir ? à télécharger ici (pdf) via Méta-Media (France TV).

On termine donc avec ce pdf d’une centaine de pages que vous avez certainement vu passer !

Je n’ai pas eu le temps de tout lire, mais j’ai parcouru le sommaire, et voici les points que j’ai trouvé les plus intéressants :

  • Les médias sont-ils voués à devenir des marques blanches, les agences de presse des GAFA ?
  • Médias : 10 stratégies pour résister aux GAFA
  • Nouveaux outils, GAFA, algorithmes: quel futur pour le journalisme
  • Dans la course à l’IA, les médias de nouveau en première ligne
  • Médias traditionnels et numériques : portrait de famille recomposée
  • Réseaux sociaux, désormais portes d’entrée de l’info
  • Etude : 50% de la vidéo sera mobile d’ici 2020

Par ailleurs, à la toute fin du pdf, il y a une liste de livres « recommandés ».

L’ensemble est très orienté GAFA… « Attention aux GAFA ! » Pour ma part, j’ai l’impression que le concept de GAFA est très français. En effet, après une petite recherche, on se rend compte qu’il n’est quasiment pas employé par les anglophones. Étonnant alors même que Google, Apple, Facebook et Amazon sont américaines !

L'avenir du journalisme - image pour Pinterest
N’hésitez pas à partager cet article dans Pinterest 😉

L’avenir du journalisme

L'avenir du journalisme - revue de presse

Je mets en place une revue de presse hebdomadaire sur le futur, l’avenir du journalisme. Entre innovations et évolutions, j’essaierai au fil des semaines d’en savoir un peu plus sur le (les) métier(s) du journalisme de demain et de le partager.

Désormais, je suis en 1re année à l’Académie ESJ Lille. C’est un double cursus post-bac : en parallèle d’une licence à l’université (éco gestion pour ma part), nous avons des cours d’initiation au journalisme en L1 et L2 et de la préparation aux concours des écoles de journalisme en L3.

Un journalisme en constante transformation

Le journalisme a évolué grâce à diverses révolutions : imprimerie, télégraphe, téléphone, cinéma (actualités cinématographiques), radiodiffusion, télévision, et plus récemment Internet et les médias sociaux.

Mais qu’en sera-t-il demain ? De nouvelles formes de journalisme apparaissent et continueront d’apparaître.

Aujourd’hui, on parle de journalisme pluri-média, trans-média ou encore cross-média, de journalisme 2.0, de journalisme de données (ou data journalisme), de journalisme entrepreneur, de journalisme de liens (link journalism), de journalisme participatif ou collaboratif, de journalisme open source, de journalisme de marché… Lesquels perdureront ? Lesquels disparaîtront ? Et comment s’y retrouver dans tout cela ?

Création d’une revue de presse hebdomadaire : l’avenir du journalisme

C’est ainsi que pour démêler un peu le pourquoi du comment, le vrai du faux, le mythe de la réalité, je me suis décidée à réaliser une revue de presse hebdomadaire sur la question du futur du journalisme. À quoi pourrait ressembler le journalisme à l’avenir ?

La revue de presse paraîtra chaque vendredi (normalement). Ainsi, vous aurez le temps de lire les liens chaque week-end ! 😉 L’ensemble des revues de presse sont regroupées dans la catégorie « L’avenir du journalisme« .

Je publie la 1ère revue de presse sur l’avenir du journalisme dans la foulée. 😉

Autre point : je ne vais pas uniquement consulter les articles francophones. J’irai aussi piocher chez nos cousins anglophones et germanophones (et peut-être aussi quelques hispanophones, si l’occasion s’y prête).

N’hésitez pas à me laisser un retour par commentaire, si vous avez des remarques ou autre ! 😊

L'avenir du journalisme - image pour Pinterest
N’hésitez pas à partager cet article dans Pinterest 😉

Bruits et couleurs de la nuit

Fruit tree by night

C’était l’une de ces chaudes soirées d’été. Sûrement l’une de celles un peu trop arrosées. Jim, 21 ans, cheveux noirs, un grand gaillard assez mystérieux était en train de rentrer chez lui. Il devait être minuit. Ou peut-être une heure. Ou bien deux…

Dans son esprit vacillait encore ces lumières de la ville, endiablées. Du rouge, du jaune, des couleurs chaudes, des tâches, des traits… des traits verts, puis bleus… des ombres, grandes, gigantesques et sombres dansant le long des murs… mais il ne savait même plus vraiment à quoi elles ressemblaient… par moment, il avait des flashs dans sa tête, des fractions de seconde, mais un instant plus tard, tout avait disparu !

Il s’était assis sur le banc de l’arrêt de bus. Il était seul. À cet endroit de la ville, c’était calme. Et pourtant dans sa tête, c’était une véritable cacophonie, un vacarme assourdissant ! Des sons sourds… de temps à autre, une note stridente, des bruits de cris, et… c’était insupportable !

Il prit sa tête entre ses mains pour essayer de se concentrer, de tenter d’oublier ce coup de massue à l’arrière de son crâne, mais à ce moment, le bus arriva. Il était vide. Jim rentra dedans. Il demanda au conducteur, dans un dernier souffle, de s’arrêter à l’arrêt Les Prés. Le chauffeur passa sa main devant son nez, comme si l’haleine alcoolisée de Jim le dérangeait, et acquiesça. Jim s’assit dans le fond. Puis… rien… noir… puis… une voix grave : « Monsieur ! On est aux Prés. »

Il cligna des yeux, à plusieurs reprises, tentant de sortir de cet état de somnolence, de reprendre ses esprits. « Oh… oui… le bus… » Sa bouche était pâteuse. Il avait soif. Il se leva. « Merci ! » Et descendit du bus. L’arrêt était à deux minutes à pied de sa maison.

Arrivé devant sa porte, il enfonça sa clef dans la serrure. Enfin chez lui ! Il enleva sa veste et la jeta sur le canapé, puis il commença à monter l’escalier pour se rendre dans sa chambre. Il n’avait qu’une envie : dormir. L’état d’engourdissement de ces membres était un peu plus présent à chaque instant. Désormais, il sentait à peine ses pieds et ses mains…

C’est alors qu’il entendit un bruit étrange. Dans le flou de son esprit, il chercha… mais non… cela ne ressemblait à rien qu’il ne connaissait. Quoi que… Si… Il avait déjà entendu ce son quelque part… mais où ? Il avait beau chercher, il ne trouvait pas… le temps lui paraissait long, très long… les minutes devenaient des heures… en réalité, seulement quelques secondes s’étaient écoulées depuis le début de sa réflexion… Le bruit recommença. Il eut alors un flash : un coup de feu ! Oui ! C’était un coup de feu ! Il rassembla ses dernières forces pour atteindre le porche de sa maison, afin d’examiner de plus près ce bruit qui avait perturbé le calme de la nuit. Il scruta dans le lointain. Rien. Seulement ces feux multicolores qui dansaient devant lui. Il leva les yeux vers le ciel. C’était une nuit sans lune, il ne pouvait rien voir !

Il se demanda alors qui pouvait bien tirer un coup de feu dans ce trou perdu ! C’était loin de la ville et d’ordinaire, il ne s’y passait que peu de chose… Le calme était revenu. Seuls les habituels bruits de la nuit restaient. Il s’interrogeait alors : avait-il rêvé ? Ce coup de feu, simple impression de son imagination ? Nul ne le sait… Jim s’était à nouveau endormi, sur le porche de sa maison…

Un matin pas comme les autres

Silhouettes d'arbres sur fond de montagnes

Et la sonnerie de mon réveil qui m’a réveillée en sursaut,
Et les draps désordonnés sur mon être dénudé,
Et mes pantoufles inhabituellement alignées au pied de mon lit désorganisé,
Et la porte de la salle de bains qui était restée ouverte,
Puis l’eau qui ne voulait pas couler chaude,
Et mes cheveux anormalement en pagaille,
Et l’eau qui coulait froide…
Et mes vêtements qui s’étaient mélangés sans que je ne sache lesquels porter,
Et mes cheveux qui ne voulaient se discipliner,
Et mon visage avec des signes d’espoir
Lorsque je le vis dans le miroir :
Pas de cernes, il était apaisé, reposé,
Et la lumière qui frappait
De mon œil, l’iris bleuté,
Et lui qui la renvoyait,
Transparent, impassible : une telle beauté !

Et dans la cuisine, un parfum d’été,
Un parfum d’enfance, de fruits séchés,
L’air était tout de même frisquet,
Mais le poncho sur mes épaules complaît ce manque de chaleur
Humaine, quand tout à coup, je sentis un frisson de peur…
Simplement les tartines dorées,
Qui du grille-pain, venaient de sauter !
Légère odeur de brûlé, de cramé,
Rassurante dans cet élan de stupidité…
Solitude et isolement dans ce coin reculé,
Où étaient-ils tous passés ?
Et la bouilloire sifflant sur son support,
Et le chien de la voisine qui ne cessait de gueuler,
Et moi qui, penchée sur ma tasse de thé,
Dans laquelle le ciel nuageux se reflétait,
Ne cessais de rêvasser, de penser, de songer…
Puis le goût de la confiture de fraises de ma grand-mère,
Et le crissement de ma tartine lorsque j’ai croqué dedans à pleines dents,
Et le bruissement de la brosse à dents qui grinçait sur mes dents lorsque je les ai brossées.

Et le chien de cette voisine qui toujours aboyait,
Tandis qu’une multitude d’oiseaux chantaient,
Et chaque son qui était amplifié,
Et chaque sensation qui était décuplée,
(Surtout une fois la porte entrebâillée)
Et l’odeur d’herbe fraîchement coupée,
Et le vent qui faisait bruisser les feuillages des arbres,
Et le vent qui sans prévenir me gifla violemment,
Comme pour me rappeler à la réalité,
Et le cliquetis de mes clefs,
Lorsque je m’en saisis pour les ranger,
Dernier élément, presque sacré : le nœud de mes lacets.
Maintenant tout était prêt…

Et mon sac étrangement léger,
Tout comme mes pas, qui claquaient sur le gravier du sol mouillé,
La terre avait changé : n’y avait-il plus de gravité ?
Et le chien qui courut vers moi,
Et moi qui le grattouilla entre ses deux oreilles,
Et le chien qui repartit,
Et moi qui restais seule,
Et moi continuant ma route,
À travers champs et forêts,
Juste histoire d’oublier,
Histoire d’oublier ce passé,
Ce passé qui de toute manière ne pourra jamais mener
À rien…

Et le sourire qui illumina mon visage lorsque je l’aperçus
À sa fenêtre me jetant un regard étonné,
Et moi qui rougissais,
Et moi qui n’osais rien avouer,
Sourire rare, précieux, difficile à percevoir auparavant,
Difficile à percevoir sur un être introverti et renfermé,
Mais il fut de courte durée,
Car presque l’ignorant, je tournai ma tête,
Pour me diriger vers ce point sur l’horizon,
Celui qu’au bout d’un long chemin j’atteindrai,
Car c’est celui de la dignité
Car c’est celui que j’attendais depuis une si longue éternité,
Car
Ce matin n’était pas comme les autres,
Je décidai qu’une nouvelle vie commençait,
Seulement avec moi, ma personne et mon sac,
Seulement avec ma tête, mes mains et mes pieds,
Seulement avec les modestes éléments que j’emportai.
Et pourtant, déjà un sentiment de liberté,
Malgré cette petite épine plantée
Au plus profond de mon cœur
Qui tend à me rappeler
Rancœur, malheurs et petits bonheurs,
De ces temps passés
Et si vite oubliés

La parole poétique comme…

Lumière dans l'œil

La parole poétique comme guide vers les étoiles, qui illumine ma vie et me montre la voie, la voie de mon destin, celle qui devrait être suivie par moi et par tous ceux qui, comme moi ne savent plus où aller, où ne pas aller et de la nécessité d’avancer.
La parole poétique comme chemin vers la dignité, pour m’élever dans la société sans réellement m’en vanter, comme quelqu’un qui me prendrait la main pour m’aider, petit-à-petit, sans forcer et qui par là aiderait les autres à avancer.
La parole poétique, enfin, comme passage vers un autre monde… Un monde comme il me plairait, où tout ne serait que paix. Douce sonorité à mes oreilles, perdue au fond de mes pensées… Une larme se forme et commence à couler, doucement, sans se presser, sur mon visage apaisé. Un jour, elle permettra de me libérer, de libérer le monde, un monde imparfaitement parfait dans lequel je vis cachée. Avec pour seul espoir ces quelques lueurs surgissant de la nuit noire, comme mon désespoir.

L’homme au bonnet

L'homme au bonnet

Cela faisait environ un quart d’heure que j’étais assis sur ce banc. Comme à mon habitude, je regardais les passants en griffonnant de temps à un autre sur un petit carnet à la couverture noire. Parfois, je tournais légèrement la tête vers la gauche pour vérifier que mon bonnet était toujours posé à côté de moi et que mes gants noirs trônaient toujours au-dessus de lui.

Aujourd’hui, je m’étais installé face à un immeuble. La rue était plutôt passante. Nombre de voitures l’empruntaient, dont notamment ces fameux taxis noirs. J’avais fait le croquis de l’un d’entre eux.

Il y avait trop de neige pour que les gens sortent de chez eux. Mais les hommes d’affaires étaient tout de même au rendez-vous. Ils portaient pour la plupart des costumes noirs, une chemise blanche et une cravate noire au nœud bien ajusté. Ils marchaient avec une grande fierté. Certains portaient un parapluie noir sous le bras.

Un arrêt de bus se situait sur la droite de mon champ de vision. Un homme avec un béret noir s’y tenait debout. Il lisait un journal au travers de ses lunettes de soleil. À gauche, au coin de la rue, se trouvait un pub. Le ciel était blanc. Il allait sûrement neiger à nouveau.

Tout à coup, un homme descendit de l’immeuble en courant. Il retint un sanglot, puis s’effondra sur ses genoux. Sa chemise blanche et ses mains étaient tachées de sang. Il prit sa tête entre ses mains et commença à pleurer. Ses larmes tachées de sang teignaient la neige d’une couleur rougeâtre qui contrastait avec les couleurs monochromes de la ville.

Personne ne réagissait. Les passants continuaient leur route sans lui prêter attention. C’était étrange. Cet homme n’était pas vraiment le genre d’homme qui pleure. Je n’aurais pas cru cela de lui. D’ordinaire, il ressemblait à ces passants. Froid et avec un orgueil démesuré, trop fier pour être vrai…

On entendit des éclats de voix venant du pub. Sûrement une bagarre qui venait d’éclater…

Il fallait finir la mission. Je rangeai le carnet dans la poche droite de mon blouson. Je me saisis des gants, puis les plaçai dans une même poche. Je posai mon bonnet sur ma tête, puis tirai la fermeture éclair du blouson.

Je me levai, puis jetai un regard à l’arrêt de bus. L’homme au béret était toujours là. Il fumait  un cigare.

Je lui tournai le dos pour me diriger vers le passage piéton et traverser la rue. Je m’approchai de l’homme agenouillé sur le sol et m’accroupis auprès de lui, sans un mot.

Je posais ma main droite sur son dos, tout en glissant ma main gauche dans la poche de mon blouson. Là, se trouvait un couteau. Sa lame était d’une fraîcheur glaciale, mais rassurante. Je regardai les grands yeux noirs de l’homme. Ils brillaient, comme s’il me suppliait. Il avait compris.

J’hésitai un instant. Je jetai un regard sur la droite. L’homme de l’arrêt de bus me fit signe et me rappela à mon devoir. Je ramenai ma main gauche de la lame sur le manche avant de sortir le couteau de ma poche. Mes doigts s’étaient crispés sur le manche. Je fermai mes yeux en enfonçant la lame dans la poitrine de l’homme, n’osant affronter ce que je venais de faire.

Lorsque j’eus fini, je me relevai, puis partis en tournant le dos à l’homme de l’arrêt de bus. Mon œil droit s’humidifia, puis une larme coula. Elle longea l’aile droite de mon nez avant d’arriver à la commissure de mes lèvres. Je sentis alors sa saveur salée. Elle avait un goût particulier.

Malle à souvenirs

Poussière d'écriture

Rangement du grenier, vieille malle en bois, œil intrigué… Curiosité indiscrète : je dois ouvrir l’objet de mes désirs. Crainte inexpliquée mêlée d’une curiosité dévorante… À l’intérieur : amoncellement de livres à n’en plus finir ! Curiosité insatisfaite : je m’empare de l’un des livres. Mon cœur palpite. Je caresse sa couverture du bout des doigts : douceur et souplesse d’un cuir vieilli se font ressentir. Sens en exaltation. Je feuillette les pages, elles défilent une à une sous mon pouce. J’hume son parfum : il exhale les senteurs du passé. Quelques notes boisées se détachent auxquelles se joignent rapidement les senteurs de benjoin du papier d’Arménie. Sur la couverture gît en lettres d’or : « L’île mystérieuse – Jules Verne ». Goût d’aventure. Envie de voyages. Je repose le roman et m’empare d’un deuxième ouvrage. À chaque nouveau livre, une nouvelle aventure… Je commence à le feuilleter : bruit des pages qu’on tourne, papier froissé. C’est un livre de cuisine. Souvenirs… longues après-midis passées à cuisiner chez mémé, batailles de farine, rires et sourires de gamins émerveillés… tartes au sucre, brioches, gaufrettes… et puis le mardi, jour de marché, bifteck de cheval et frites… Je repose le livre, ferme la malle et avec elle le passé, mon passé… Je contemple un instant cette malle à souvenirs… Légère émotion, mélancolie rêveuse…

Vous pouvez retrouver la photo  sur mon compte Instagram.

Feu de cheminée

Au coin du feu

Matinée hivernale, enfermée dans la maison, cloîtrée… Le feu dans la cheminée danse et me rappelle à ces souvenirs d’été. Plage de sable doré, chaleur à en étouffer, envie de s’évader… L’azur du ciel et l’eau turquoise s’enchaînent et se complètent jusqu’à ne faire plus qu’un. La nuit commence à tomber, le ciel s’assombrit mais reste illuminé de mille feux. Lueur orangée d’un soleil d’été tombant sur une plage abandonnée. Douce impression de solitude, légère peur qui commence à monter… Je sens les poils de mon épine dorsale se hérisser. Douce chaleur rassurante du feu que je viens d’allumer. Les étoiles apparaissent, une à une, sans un bruit… symbole de milliers de civilisations oubliées… Bruit incessant des vagues, chaleur engourdissante : mes paupières vacillent… Fatigue d’une journée passée à baguenauder… Grondement surprenant, grondement paraissant lointain, quel grondement ? Grondement d’une bûche dans la cheminée. Mes paupières se rouvrent et tout devient distinct : retour à la réalité après s’être autorisé un instant de rêverie, un instant de répit…

La photo est issue de mon compte Instagram.