Archives par étiquette : nuit

Fruit tree by night

Bruits et couleurs de la nuit

C’était l’une de ces chaudes soirées d’été. Sûrement l’une de celles un peu trop arrosées. Jim, 21 ans, cheveux noirs, un grand gaillard assez mystérieux était en train de rentrer chez lui. Il devait être minuit. Ou peut-être une heure. Ou bien deux…

Dans son esprit vacillait encore ces lumières de la ville, endiablées. Du rouge, du jaune, des couleurs chaudes, des tâches, des traits… des traits verts, puis bleus… des ombres, grandes, gigantesques et sombres dansant le long des murs… mais il ne savait même plus vraiment à quoi elles ressemblaient… par moment, il avait des flashs dans sa tête, des fractions de seconde, mais un instant plus tard, tout avait disparu !

Il s’était assis sur le banc de l’arrêt de bus. Il était seul. À cet endroit de la ville, c’était calme. Et pourtant dans sa tête, c’était une véritable cacophonie, un vacarme assourdissant ! Des sons sourds… de temps à autre, une note stridente, des bruits de cris, et… c’était insupportable !

Il prit sa tête entre ses mains pour essayer de se concentrer, de tenter d’oublier ce coup de massue à l’arrière de son crâne, mais à ce moment, le bus arriva. Il était vide. Jim rentra dedans. Il demanda au conducteur, dans un dernier souffle, de s’arrêter à l’arrêt Les Prés. Le chauffeur passa sa main devant son nez, comme si l’haleine alcoolisée de Jim le dérangeait, et acquiesça. Jim s’assit dans le fond. Puis… rien… noir… puis… une voix grave : « Monsieur ! On est aux Prés. »

Il cligna des yeux, à plusieurs reprises, tentant de sortir de cet état de somnolence, de reprendre ses esprits. « Oh… oui… le bus… » Sa bouche était pâteuse. Il avait soif. Il se leva. « Merci ! » Et descendit du bus. L’arrêt était à deux minutes à pied de sa maison.

Arrivé devant sa porte, il enfonça sa clef dans la serrure. Enfin chez lui ! Il enleva sa veste et la jeta sur le canapé, puis il commença à monter l’escalier pour se rendre dans sa chambre. Il n’avait qu’une envie : dormir. L’état d’engourdissement de ces membres était un peu plus présent à chaque instant. Désormais, il sentait à peine ses pieds et ses mains…

C’est alors qu’il entendit un bruit étrange. Dans le flou de son esprit, il chercha… mais non… cela ne ressemblait à rien qu’il ne connaissait. Quoi que… Si… Il avait déjà entendu ce son quelque part… mais où ? Il avait beau chercher, il ne trouvait pas… le temps lui paraissait long, très long… les minutes devenaient des heures… en réalité, seulement quelques secondes s’étaient écoulées depuis le début de sa réflexion… Le bruit recommença. Il eut alors un flash : un coup de feu ! Oui ! C’était un coup de feu ! Il rassembla ses dernières forces pour atteindre le porche de sa maison, afin d’examiner de plus près ce bruit qui avait perturbé le calme de la nuit. Il scruta dans le lointain. Rien. Seulement ces feux multicolores qui dansaient devant lui. Il leva les yeux vers le ciel. C’était une nuit sans lune, il ne pouvait rien voir !

Il se demanda alors qui pouvait bien tirer un coup de feu dans ce trou perdu ! C’était loin de la ville et d’ordinaire, il ne s’y passait que peu de chose… Le calme était revenu. Seuls les habituels bruits de la nuit restaient. Il s’interrogeait alors : avait-il rêvé ? Ce coup de feu, simple impression de son imagination ? Nul ne le sait… Jim s’était à nouveau endormi, sur le porche de sa maison…