Archives par étiquette : course

Discussions entre lièvre et tortue avant et après la course.

Vous connaissez sûrement Le Lièvre et la Tortue de Jean de la Fontaine. J’ai inventé les discussions que le lièvre et la tortue auraient pu avoir avant et après leur course. Les voici :

Avant la course, le lièvre dit à la tortue :

« Bonjour, madame la tortue, alors prête pour cette course ?

–       Bien sûr que je suis prête. Je crois que la course va commencer, il faut se mettre en place. Bonne chance, et que le meilleur gagne. lui répondit le reptile à carapaces.

–       Ne vous faites pas de soucis, à la vitesse où vous aller, j’aurais tout le temps de gagner, moi, je vais à la vitesse de l’éclair. répliqua le mammifère à la queue en pompon.

–       Ça, c’est ce que vous dites, mais vous savez une expression dit « lentement mais sûrement », et bien, je vais aller lentement mais sûrement. dit notre tortue pour clore ce dialogue.

 

À la fin de la course, la tortue voyant que le lièvre avait besoin d’être réconforté, lui dit :

« Ne t’en fais pas gros malin, tu vois, tu m’as sous-estimé,

et tu t’es surestimé, c’est pour cela que tu as perdu la course, mais bon, tu en gagneras d’autres !

-C’est vrai ce que tu dis là ? Tu le penses vraiment ? lui répondit le rongeur

-Mais bien sûr, sinon, pourquoi le dirais-je ? jaspina notre amie.

-C’est vrai, je n’y avais pas pensé. En fait, tu es une vraie amie. Tu n’as qu’à venir chez moi pour fêter ta victoire ! dit notre compagnon aux longues oreilles pour achever ce discours.

Au cross départemental

Avec le collège, un mercredi, nous sommes partis en bus au cross départemental.

Lorsque nous sommes arrivés, nous nous sommes installés dans les gradins du stade. Nous y avons pique-niqué diverses choses : salades, sandwich… Et, nous avons aussi bu.

Ensuite, je suis allée m’échauffer, puis je suis allée dans la chambre d’appel, pour le cross des filles nées en 1999-2000. De là, un monsieur nous a conduites au départ où nous avons continué à nous échauffer quelques instants.

Au coup de pistolet, la course a commencé. J’ai couru longtemps. Au premier tour du parcours, j’ai cru que le cross était terminé. En fait, il fallait faire un second tour. J’ai donc continué à courir.

Des personnes sur les bords de la piste m’encourageaient. À un moment, j’ai vu enfin l’arrivée. Je suis passée entre deux barrières et j’ai donné mon dossard, à une dame qui l’a planté sur une tige pointue. Je suis arrivée onzième sur une centaine.

À la fin de la course, un monsieur m’a donné une barre de céréales et un jus de fruit. Ma mère et ma sœur sont venues me féliciter, puis nous sommes rentrées à la maison.