Archive for the Category » Cuisine «

skruzdėlynas ou gâteau fourmilière lituanien

Last updated by at .

gâteau fourmilière lituanien ou skruzdėlynas
gâteau fourmilière lituanien ou skruzdėlynas

En Lituanie, le skruzdėlynas ou gâteau fourmilière lituanien est un gâteau de fête : on le réalise pour les anniversaires par exemple.

On peut assez facilement trouver des gâteaux fourmilière dans les supermarchés lituaniens… mais en France, c’est un peu plus compliqué ! Et puis, dans tous les cas, c’est meilleur fait maison 😉

C’est une recette un peu longue, on ne va pas vous mentir… mais le jeu en vaut la chandelle ! Ce dessert en mettra plein la vue à vos convives, car il est tout en hauteur.

Une bonne idée est de s’y mettre à plusieurs : l’un découpe les bandes de pâte pendant que l’autre les fait cuire et le montage peut se réaliser très facilement à plusieurs.

Souvent on le prépare de la veille pour le lendemain, voire pour le jour d’après : certaines bandes de pâtes se seront ramollies et le gâteau fourmilière ou skruzdėlynas sera un agréable mélange de croquant et de fondant (encore faudra-t-il savoir y résister pendant 2 jours 😉 

Revenons juste un instant sur le nom de ce gâteau : skruzdėlynas, ou littéralement une fourmilière. Vous le comprendrez rapidement : les grains de pavots sont ici des fourmis. 🙂

Dans le groupe Facebook cuisine pâtisserie et boulangerie pour toutes et tous Regine Sissako, Martine Carrasco et Josephine Giambusso nous ont demandés la recette. Et dans le groupe Facebook Fait maison et discussions en tous genres, c’est Fadhela Boughedaoui qui a été intriguée par cette pâtisserie des pays Baltes !

Voici donc notre recette pour un très gros skruzdėlynas ou gâteau fourmilière lituanien (Ne pas hésiter à réduire les quantités).

gâteau fourmilière lituanien ou skruzdėlynas
gâteau fourmilière lituanien ou skruzdėlynas

Ingrédients pour un (gros) skruzdėlynas ou gâteau fourmilière lituanien

  • 500 g de farine
  • 400 g + 1 cuillère à soupe de sucre
  • 1 cuillère à café de sucre vanillé
  • 400 g de miel
  • 4-5 œufs
  • 100 g + 2-3 cuillères à soupe de crème fraîche épaisse
  • 100 g de beurre
  • 5 cl de vodka (facultatif)
  • 8 cuillères à soupe d’eau
  • 1 pincée de sel
  • graines de pavot
  • huile pour friture

Préparation du skruzdėlynas ou gâteau fourmilière lituanien

  • Dans un bol, déposer 1 cuillère à soupe de sucre
  • Casser les œufs dans le même bol, puis mélanger énergiquement avec un fouet
  • Incorporer les 100 g de crème fraiche épaisse, puis une pincée de sel, le sucre vanillé, et la vodka si souhaité.
  • Bien mélanger le tout
  • Ajouter ensuite la farine petit à petit en pétrissant avec les mains : la pâte ne doit pas coller aux mains mais ne doit pas non plus être trop compacte (elle doit rester souple)
  • L’étape amusante pour les enfants : lancer la boule de pâte 2-3 fois contre la table, plier la boule en 2 dans le sens de la longueur et l’étendre en poussant avec les paumes des mains.
  • Réitérer l’opération 10-15 fois (et même plus si vous en avez le courage)
  • Laisser reposer la pâte 1 h au réfrigérateur
  • Fariner le plan de travail
  • Couper un morceau de pâte et commencer à l’étendre avec un rouleau à pâtisseries, retourner la pâte et continuer à l’étendre, le plus finement possible
  • Utiliser une roulette à pâtisserie pour découper des losanges de pâte d’environ 5 cm de côté (inutile d’être extrêmement précis : même si les losanges sont un peu difformes, ce n’est pas grave)
  • Faire chauffer l’huile de friture (dans une friteuse, un casserole à fond large, etc.)
  • Pour tester la chaleur de l’huile, y plonger un morceau de pâte : des bulles doivent apparaître, l’huile bouillonne.
  • Une fois que l’huile est chaude, faire cuire toutes les bandes de pâte au fur et à mesure. Elles doivent être dorées (ne pas oublier de les retourner à mi-cuisson).
  • Retirer les bandes de pâte de l’huile avec une écumoire avant de les déposer sur une assiette recouverte de papier absorbant.
  • Une fois toute la pâte cuite, il faut préparer la « colle »
  • Dans une grande casserole, mettre les 400 g de sucre restants, le miel, le beurre, les 2-3 cuillères à soupe de crème fraîche et l’eau
  • Déposer la casserole sur feu moyen-doux et faire chauffer la préparation en remuant constamment
  • Au bout d’une dizaine de minutes, la « colle » doit s’épaissir et prendre une couleur de caramel. Si ce n’est pas le cas, la cuire davantage
  • Préparer une assiette plate ou un plat pour le montage du gâteau fourmilière
  • Utiliser une cuillère pour répartir de la « colle » sur les deux faces d’une bande de pâte
  • Déposer la bande de pâte sur l’assiette
  • Continuer avec une autre bande et ainsi de suite en les superposant (au début on les met les unes à côté des autres, et puis on monte en hauteur)
  • Régulièrement, parsemer le gâteau de graines de pavot (entre chaque « étage », chaque couche de bandes)
  • Si la « colle » se solidifie, y ajouter un peu d’eau et la faire chauffer

Nos présences en ligne

Facebook – Instagram – Twitter – Tumblr – Tumblr recettes de famille– Pinterest – Snapchat – Weheartit – groupe WhatsApp Partage cuisine africaine – groupe Facebook La cuisine de mémé Moniq

Un commentaire, un avis, un petit coucou… sont toujours appréciés, et surtout nous sommes attentives à vos idées, reproches… pour faire évoluer ce blog et nos présences sur le net.

De même si vous cuisinez ou pâtissez une de nos recettes, indiquez nous le lien de votre publication ou envoyez nous la photo de votre réalisation à oe@oe-dans-leau.com avec le titre de la recette, nous essayerons de l’ajouter à la recette d’origine en indiquant que vous en êtes le cuisinier 😉

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le retour des menus de la semaine dernière (du 7 au 13 décembre)

menu de la cuisine de mémé Moniq du 7 au 13 décembre
menu de la cuisine de mémé Moniq du 7 au 13 décembre

Nous venons de mettre à jour en ligne les menus de la semaine passée à la cuisine de mémé Moniq depuis le mois de septembre… dont celui du 7 au 13 décembre.

C’est un premier pas vers notre retour pour les activités de ce blog !

Les problèmes que nous avons mentionné dans le billet précédent ne sont toujours pas terminés… mais nous devons essayer de reprendre une vie normale malgré les événements.

Pour info, les articles mentionnés dans le billet sont actuellement hors ligne, nous les replaçons prochainement sur les zed

Voici donc les plats familiaux que nous avons préparé pour 3 personnes en général (sauf réception, invitation de l’un ou l’autre par ci, par là…) lors de ces derniers mois… 

En plus, nous avions, par manque de temps, publié les menus pendant quelques semaines seulement dans les sites de partages de documents PDF… et nous avons tout mis à jour.

Aussi, il vous est possible ainsi de retrouver nos derniers menus de la semaine (le menu de la cuisine de mémé Moniq du 7 au 13 décembre est présenté plus bas dans la page et voici les liens pour consulter les précédents :

Si vous manquez d’idée pour vos repas… comme toujours, vous pouvez consulter rapidement l’ensemble de nos menus de la semaine sur plusieurs sites en ligne : Issuu, ScribdSlideShare ce qui vous permet de retrouver nos plats, gâteaux, entremets… et aussi de vérifier que nous dégustons rarement 2 fois le même plat !

Certains nous demandent où sont les recettes de nos menus… On aurait tendance à répondre : «Ici» 😉 Comme nous l’expliquons dans l’À propos, nous avons décidé que ce soit les internautes qui nous demande les recettes depuis les réseaux sociaux où nous publions les images…

Aussi, selon les menus, certaines recettes sont demandés ou pas lorsque nous publions les menus. C’est pour cela que nous avons retiré l’astérisque qui signalait les recettes en lignes. Nous avons beaucoup de retard dans la diffusion des recettes demandées… et donc, cela sera complexe pour nous remettre à jour les menus…

Il vous est possible de nous réclamer une recette depuis la diffusion de ces menus 😉

N’oubliez pas également que vous pouvez venir diner à la table de la cuisine de mémé Moniq (vous aurez même un exemple de menu car dimanche soir on recevait) ou prévoir une animation cuisine pour les goûters et repas anniversaires des enfantsParlez en autour de vous si vous souhaitez des anniversaires originaux !

Voici pour vous aidez à trouver des idées de plats, nos menus qui ont composé notre menu de la semaine passée à la cuisine de mémé Moniq, du 7 au 13 décembre. 

Nos présences en ligne

Facebook – Instagram – Twitter – Tumblr – Tumblr recettes de famille – Pinterest – Snapchat – Weheartit – groupe WhatsApp Partage cuisine africaine – groupe Facebook La cuisine de mémé Moniq

Un commentaire, un avis, un petit coucou… sont toujours appréciés, et surtout nous sommes attentives à vos idées, reproches… pour faire évoluer ce blog et nos présences sur le net.

De même si vous cuisinez ou pâtissez une de nos recettes, indiquez nous le lien de votre publication ou envoyez nous la photo de votre réalisation à oe@oe-dans-leau.com avec le titre de la recette, nous essayerons de l’ajouter à la recette d’origine en indiquant que vous en êtes le cuisinier 😉

Rendez-vous sur Hellocoton !

Une ou des cuisines françaises ?

même le steak frites n'est pas le plat national français
même le steak frites n’est pas le plat national français

Voici quelques semaines, Lucrèce Gandigbe, une amie de l’une d’entre nous, a rédigé un billet intéressant sur son blog : Il n’y a pas de cuisine africaine. Et il nous avait fait réagir. Y a-t-il une ou des cuisines françaises ?

Cette même réaction faisait également suite au séjour de Clara en Lituanie et à la sempiternelle question : quel est le plat national français ? à laquelle elle n’avait pas de réponse à donner…

Un Lituanien aurait sans doute répondu : les cepelinai (zeppelins en français), leur plat national, des boulettes de pommes de terre farcies !

En France, nous n’avons pas de plat national. On serait tenté de dire le steak frites, mais non, il n’est pas national… car un nordiste, s’il mange des frites dans le sud, ne les trouvera pas à son goût ! 

Mais prenons un peu de distance.

Cuisine africaine, asiatique, européenne, antillaise…

Sauce feuilles - cuisine du Benin
Sauce feuilles – cuisine du Benin – Crédit photo: Lucrèce Gandigbe http://magicwords.mondoblog.org/

À la réflexion, on parle de la cuisine d’un continent ou d’une région du monde : cuisine d’Afrique ou africaine (sous-entendue l’Afrique subsaharienne), cuisine d’Asie ou asiatique y compris le Japon, cuisine antillaise

En effet, nous utilisons souvent ce raccourci de langage pour désigner une cuisine éloignée de chez nous, que nous connaissons souvent imparfaitement.

Éloigné de nous culturellement, nous avons une méconnaissance des produits, des ustensiles, des modes de cuisson, des us et coutumes des uns et des autres pour réaliser ces cuisines lorsque nous sommes français ! Idem pour la cuisine US (ou cuisine américaine) par exemple : qui connaît les slow cookers ou Crock-pot en France ?

Exception faite, peut-être, de la restauration, où les démarcations sont plus notées : on parle de la cuisine d’un pays (restaurant chinois, mexicain, thaï, japonais…). Et on se fie au restaurateur quant à la composition de la carte.

La cuisine asiatique

Prenons-la cuisine asiatique. Contrairement à ce qu’écrit Lucrèce, exception faite justement de la cuisine japonaise (et encore, on aimerait voir les nuances qu’apporte les uns et les autres sur le sujet), il nous est impossible de distinguer un plat chinois d’un plat thaï

En effet, si on vous apporte un plat de chacune de ces origines, sans préciser lequel vient d’où, saurez-vous les distinguer, dire lequel vient de Chine et lequel de Thaïlande ?

Pourtant, on est certain qu’il existe des différences entre ces 2 cuisines, pour ne prendre que cet exemple ! 

La cuisine nord-africaine

Savez-vous distinguer un couscous marocain ou algérien ? Et il y a fort à parier que selon les régions de ces 2 pays les recettes peuvent encore être différentes.

Papa se rappelle aussi avoir mangé du couscous en Tunisie ! Et, en Libye, ils font aussi du couscous ? Quels en sont leurs caractéristiques !

La cuisine africaine

Pour la cuisine africaine, reconnaissons-le, rare sont les Français qui connaissent la géographie de l’Afrique

 Alors que le plat vienne du Bénin, du Togo, de Somalie ou du Cameroun, pour le français moyen, cela vient avant tout d’Afrique… une vaste nébuleuse sur ce continent.

Pour exporter la cuisine africaine « locale », vous devez associer la découverte des pays, des régions, etc. de l’Afrique. Alors seulement nous apprendrons à différencier les plats selon les régions et pays africains.

La cuisine antillaise

Avez-vous déjà remarqué que l’on parle de cuisine antillaise pour citer la cuisine qui se pratique seulement dans 2 départements français d’outre-mer : la Martinique et la Guadeloupe ! Bref, on devrait dire la cuisine des Antilles françaises 🙂

Réducteur, réducteur ces termes génériques de cuisine suivis par une région du monde ! Une trentaine de pays dans l’arc des Antilles réduit à 2 ! On ne pense pas que la cuisine Cubaine soit associée naturellement à la cuisine antillaise… pourtant c’est la plus grande des îles de la Caraïbe.

La cuisine européenne

Pour la cuisine européenne, c’est vrai que nous n’avions pas pensé à cette notion !

Oui, on parle souvent de cuisine française entre nous (français) mais jamais de cuisine européenne ! Cela ne nous était jamais venu à l’esprit, car, pour nous, en voyageant nous remarquons des différences notables ! 

Mais c’est vrai après tout, les personnes des autres continents peuvent certainement se comporter comme nous et parler de la cuisine européenne sans distinguer son origine réelle.

Dernièrement, le Figaro publiait justement un article qui posait la question : Mangeons-nous comme nos voisins ? suite à une étude de l’Organisation des Nations-Unies. Le résultat : les Européens conservent leurs particularités.

Quand il est question de cuisine européenne

les cuisines de l'Europe
les cuisines de l’Europe – source FOA – Infographie du Figaro dans l’article https://bit.ly/2L1BGfY

Plongeons-nous un peu dans l’article du Figaro : Mangeons-nous comme nos voisins?

Rien de surprenant lorsque l’on voyage en Europe de comprendre que l’on ne mange pas de la même façon aux 4 coins de la communauté économique (vous remarquerez que l’on ne parle même pas de l’Europe géographique, du continent européen).

Pour simplifier : fruits et légumes s’opposent à céréales et pommes de terre ; produits laitiers contre bière et graisses d’origine animale !

En allant un peut plus loin, on remarque que ces résultats sont corrélés aux climats : continental, polaire, méditerranéen, etc. et aux cultures locales.

Cela donne 4 grandes subdivisions régionales pour la cuisine :

  • méditerranéenne
  • du Benelux et du Royaume uni
  • continentale
  • nordique

Reste une exception : la France au centre de ces cuisines, car nous consommons beaucoup de tout mais toujours moins que nos voisins dont l’alimentation est orientée dans un domaine.

Et la (les) cuisines françaises ?

le moules frite est l'un des plats emblématique du Nord de la France… mais pas de la France
le moules frite est l’un des plats emblématique du Nord de la France… mais pas de la France

Avec Clara, nous avons essayé à son retour de trouver le plat français par excellence !

Mais, à la réflexion, on trouve des plats qui caractérisent une région française : la choucroute en Alsace, les moules frites dans le Nord, le cassoulet dans le Sud-ouest, etc.

En plus, cette idée nous est confirmée en consultant le livre : L’art culinaire français par nos grands-maîtres de la cuisine (Flammarion). Comme pour beaucoup de livres de cuisine française, l’organisation y est régionale.

En supplément, il est possible de trouver des différences culinaires au sein d’une même région. La cuisine de l’Avesnois n’est pas celle de la Flandre Française, 2 régions opposées du département du Nord même si une communauté de plat est commune.

Le monde évolue…

Désormais, cela se complique dans la vie de chaque jour, car on trouve du chou à choucroute, par exemple, dans toutes les régions de France et l’on peut donc se préparer de la choucroute à Lille, à Bordeaux ou à Brest !

Mais avons-nous à disposition toutes les pièces de porc de qualité et l’éventail de possibilités que l’on trouve dans les charcuteries alsacienne pour réaliser une choucroute comme en Alsace ?

Ainsi, il n’est pas rare de trouver une personne dans une autre région ou un émigré régional qui continue à tenter de faire vivre sa cuisine d’origine dans un autre coin de France.

Entre Français, il nous arrive de se dire : voilà comme je fais et toi, dans ton coin, c’est comment ?

D’autres différences dans la cuisine française

Et puis, par rapport à l’étude cité dans le journal, si l’on voudrait être exact il faudrait indiquer que le Nord de la France est très influencé par la cuisine du Benelux et du Royaume Uni, l’Alsace par la cuisine continentale (notamment Allemande) et le Sud par la cuisine méditerranéenne.

Autre phénomène, l’évolution… Le welsh dans le passé (il y a 40 ans) était seulement disponible à Boulogne-sur-Mer. Ensuite, il a commencé à envahir Lille pour être propagé dans un premier temps à travers le Nord, puis la France grâce à une chaîne de restaurants.

Et puis, il y a la disponibilité des produits… Entre ce que connaissait notre grand-mère, mémé Moniq, enfant, notre père et notre mère, enfants eux aussi, comme fruits et légumes et ce que l’on peut trouver désormais dans toutes les régions de France ne serait qu’en super-marché… Voilà qui change la donne !

Bref, vous l’avez compris, ce n’est pas une cuisine mais des cuisines française qui existent… et qui évoluent.

Rendez-vous sur Hellocoton !